2022, le réflexe accessibilité ?

« Depuis la fin du 19e siècle à nos jours, c'est la loi qui impulse les choses. […] On a pu voir la même chose dans l'entreprise où il y a eu des avancées du même type après des lois. Cela inscrit les choses dans la tête des gens. Mettre sa ceinture de sécurité par exemple, c'est obligatoire. Si on ne le fait pas, on prend un PV. Mais quand on le fait, on ne pense plus à la loi, on le fait par réflexe, pour se protéger.

Là, c'est la même chose. Mais ça prend du temps. Donc plus vite on inscrit cela dans la loi, plus vite ça fera avancer les mentalités. »

Comme Béatrice Barbusse qui s’exprime ici à propos de l’égalité femmes/hommes dans le milieu sportif, je suis convaincue que les avancées concrètes en matière d’accessibilité numérique passent par la loi et les moyens pour s’assurer de sa bonne application.

Elle rend le sujet impératif et non soumis uniquement aux bonnes volontés, aux initiatives individuelles ou privées qui sont toujours fragiles et inconstantes.

Il reste malheureusement beaucoup à faire avant que l’accessibilité devienne enfin un réflexe au sein de notre société.

Alors pour 2022, je souhaite :

  • que la France se dote enfin d’un organisme dédié à l’accessibilité numérique et à son contrôle avec les moyens nécessaires ;
  • que l’on comprenne qu’attaquer la conformité, les exemptions ou les dérogations, les spécialistes, c’est se tromper de combat ;
  • que l’intérêt croissant pour le domaine soit une tendance de fond et non pas un effet de mode.

Contact

Vous souhaitez réagir ? N’hésitez pas à m’écrire à contact@luce.carevic.eu.